Crossing Pyrenees

Itinerary, description of stages, practical informations, accomodation, GPS tracks of 4 paths crossing Pyrenees north to south.


Crossing Pyrenees using the old paths through the border

Nowadays, a trek “crossing” the Pyrenees is from east to west either for example using GR10 on the north side or GR11 on the south side. But the traditional paths were north to south (or south to north). These ways were used by pilgrims, merchants, soldiers and refugees. Links between the south and north side were strong for example from IX to XIII centuries.
The itineraries described there are using these old paths. It’s the best way to feel the spirit of the mountains. Approaching the high passes all above 2300 meters, crossing the green north side, ending in Mediterranean countryside and with everyday the print of history.

Four ways are described. All using mostly paths and avoiding roads and all with cheap facilities for accommodation.

From Saint Gaudens (France) to Barbastro (Spain) :

– through Val d’Aran and Vielha pass. GPS track of the 277 kilometers and 9500 meters of ascent.
– through Luchon and Venasque pass. GPS track of the 258 kilometers and 9725 meters of ascent.
– same option as above but through Glere pass
– through Aure valley and Ourdissetou pass. GPS track of the 262 kilometers and 7060 meters of ascent.

From Toulouse to Somport pass by Saint-Bertrand de Comminges, the Piemont way until Ourdis Cotdoussan and then the Moines pass : the description of the itinerary is Aachen to Santiago section.

Those ways are going through high altitude passes. So they require attention. You can find snow until summer. Weather can change quickly.

Ourdissétou pass is the less technical of the four passes. Venasque is the most popular one and the one with more accommodation facilities (Hospice de France, CAF refuge and Llanos de Benasque hotel). Glère pass is more technical as snow can remain late so might require high mountain equipment.

You can upload a pdf guidebook of the four itineraries (in French) :

Pdf guidebook (10Mo) to upload of the four itineraries (in French) with history section, maps, stage description and accomodation information :

Guide


Saint-Gaudens – Barbastro through Val d’Aran and Vielha pass :

Dans la montée vers le port de Vielha
Dans la montée vers le port de Vielha

De Saint-Gaudens à Barbastro par le Val d’Aran, le chemin suit un itinéraire historique. Saint-Bertrand de Comminges, Roda de Isabena en sont les hauts lieux mais tout le long du chemin, l’histoire a laissé son empreinte. Il permet aussi de découvrir le Val d’Aran, vallée occitane sur le territoire espagnol et au nord des Pyrénées.

Il s’agit aussi d’un itinéraire sauvage sur des chemins peu fréquentés avec un point haut au port de Vielha à 2445 mètres d’altitude. La quasi totalité du trajet est balisée en GR ou PR et se déroule hors routes asphaltées.

Sites internet :

Le site de l’office de tourisme d’Aragon propose une cartographie des sentiers sur la province (pas complètement exhaustive). En zoomant sur la carte, les tracés sont visualisés et en cliquant dessus, il est possible d’avoir les informations sur les chemins et de télécharger des traces GPS.

Il est possible de télécharger toute une série de documentation, carte touristique sur le site de l’office de tourisme de Ribagorza.

De Roda de Isabena à Barbastro, il existe un site sur le Camino de San Ramón avec des traces en format gpx à télécharger.

J’ai téléchargé certaines traces en faisant des recherches sur wikiloc. Il est possible aussi d’y télécharger des tracés de la Federación Aragonesa de Montañismo. Attention, comme cela est indiqué, certains tracés ne sont pas bons.

Carthographie :

Je suis resté fidèle à Iphigenie. L’application (disponible sur l’Apple Store et Androïd : http://iphigénie.com/?lang=fr) donne accès aux cartes IGN espagnoles. Elle permet d’avoir en cache (visible sans connexion internet) les cartes au 50000ème au pire et sur certaines zones au 25000ème.

Les étapes :

Pour le démarrage, il y a quatre options :
– celle décrite ci-dessous avec la visite de Saint-Bertrand, 3 journées pour rejoindre Fos mais l’inconvénient de refaire en aller-retour la partie Barbazan-Saint Bertrand.
– le départ de la gare de Montréjeau-Gourdan-Polignan puis par le GR86, rejoindre en une petite étape Saint-Bertrand. Cette option est idéale pour une arrivée en train en fin de matinée ou pour avoir du temps pour visiter Saint-Bertrand et Valcabrère
– l’option par le parcours cyclable de la Garonne. Personnellement, rester sur du bitume en fond de vallée ne m’attire pas, même si de larges tronçons sont hors route. En plus, le trajet décrit ci-dessous est tellement beau et sauvage ! Certes, il est plus exigeant…mais comme il faut bien passer le col de Viella, autant se mettre en jambe.
– enfin, il est possible de faire en deux longues étapes Saint-Gaudens – Fos sans passer par Saint-Bertrand. C’est dommage mais si vous avez la forme et que vous connaissez déjà pourquoi pas.

1 Saint Gaudens – Saint Bertrand de Comminges
21km
Saint Bertrand de Comminges et Saint Just de Valcabrère
Saint Bertrand de Comminges et Saint Just de Valcabrère

Commentaires : Cette étape se situe dans le cadre de la voie de la Garonne qui relie Toulouse à Saint Bertrand de Comminges. Elle se déroule en trois temps, un premier temps “histoire” avec Saint-Gaudens et les ruines gallo-romaines de Valentine, un deuxième temps “nature” avec le passage sauvage par le col de Lauach et un final en apothéose avec l’arrivée sur Saint Just et Saint Bertrand.
De St Gaudens, descendre sur Valentine par un chemin qui longe la route à partir du Montjoie de la Caoue. Après le pont de Valentine, partir à droite vers la centrale électrique et suivre le parcours cyclable de la Garonne jusqu’au pont au niveau de la villa gallo romaine. Le chemin traverse les ruines (une église wisigothique, des tombes avec des pèlerins avec coquille de saint Jacques et bourdons ont été fouillées). On longe sur 20 mètres la D8 pour à ras des maisons prendre un chemin qui longe la route à droite, puis la traverse et part en biais vers Labarthe Rivière. Traversée du village jusqu’aux écoles, av Victor Hugo, puis à gauche pour récupérer le chemin des 4 Chênes qui monte vers le col de Lauach. Au col, on laisse le chemin des 4 Chênes pour poursuivre tout droit et via le sentier des collines de las Couerles, rejoindre le GR86, suivre les indications Barbazan, récupérer le GR78 au dessus du parc thermal et continuer jusqu’à Saint Bertrand de Comminges. Trace GPS Saint Gaudens – Saint Bertrand de Comminges

6h Logistique :Labarthe Rivière : boulangerie et épicerie. Barbazan : Hôtel l’Aristou. Restaurant au casino. Loures Barousse : tous commerces. Hôtel des Vallées. Saint Bertrand : hôtel, restaurants, dépôt de pain avec fromage, charcuterie….Halte jacquaire au presbytère de Saint Bertrand de Comminges. Des provisions sont mises à la disposition des pèlerins. Donativo. Cuisine. Contact : 05.61.88.31.54 ou 06.30.21.63.35. Gîte dans la ville basse : Marie Uchan au 06.79.79.70.65 ou 05.61.88.31.82. Hôtel du Comminges. Hôtel Oppidum.
2 Saint-Bertrand de Comminges – Saint-Pé d’Ardet
18km
Pyrénées-2015 673
St Pé d’Ardet

Commentaires : Cette étape est essentiellement sur des chemins forestiers. Il faut gagner de la hauteur (le pas de l’Âne est à 940 mètres d’altitude). Les chemins sont sauvages et tranquilles.

Reprendre jusqu’à Barbazan, le chemin emprunté la veille. À partir de Barbazan, suivre le GR78 (circuit des Paloumères direction pré du Gés puis vers le refuge Saint-Martin). Le chemin monte en forêt jusqu’au Pas de l’Âne à 950 mètres d’altitude. On passe devant le refuge Saint-Martin. Le chemin ensuite jusqu’à Génos demande un peu d’attention pour ne pas se tromper. Il passe à quelques mètres de la chapelle Notre-Dame des Biens. Un hôpital se trouvait là, preuve que le chemin était autrefois emprunté. Après Génos, montée pour passer le Pas du Bouchet et redescendre sur Saint-Pé d’Ardet. Belle église romane avec chrismes autour du porche, réemploi d’auge cinéraire romaine et si vous pouvez visiter l’intérieur, peintures du XVIème avec notamment un Saint Jacques.Trace GPS Saint-Bertrand – Saint-Pé d’Ardet.

6h Logistique :Refuge Saint-Martin non gardé (pas de matelas ni couvertures). À Saint-Pé d’Ardet, gîte d’étape L’Affenage (chambres en dortoir à partir de 15€ – Tél : 05.61.94.38.37). Bistrot de pays avec dépôt de pain.
3 Saint-Pé d’Ardet – Fos
22km
Pic du Gar entre Bezins et Boutx
Pic du Gar entre Bezins et Boutx

Commentaires : Étape sauvage en balcon au dessus de la vallée de la Garonne avec plusieurs petites chapelles sur le chemin. Beaucoup de parties en forêt, à l’ombre. Belles vues sur le pic du Gar et les 3000 du luchonnais. Le relief est plus marqué avec plus de 1000 mètres de dénivelés dans la journée et un passage par le col du Matet à 1000 mètres d’altitude.

Le chemin poursuit sur le GR86 pour rejoindre Antichan de Frontignes. À flanc montant (certaines parties un peu touffues), il passe devant la chapelle d’Esputs avant de monter vers le col de Matet à 1002 mètres d’altitude. Une bonne descente permet de rejoindre Garraux. De Bezins, il est possible de raccourcir le trajet vers Boutx en prenant le chemin sous l’église (par la grange de Gouarré). On retombe sur le GR86 dans la montée vers la chapelle Notre-Dame du Lac. Avant de rejoindre Lez, le parcours du GR est coupé et il faut rejoindre un court moment la route du col de Menté. De Lez à Argut-Dessous, suivre un itinéraire de petite randonnée marqué : chemin de Plaèdes (certaines parties ne sont pas bien débroussaillées et zone glissante vers la fontaine du mail des Pins) et idem ensuite jusqu’à Fos (chemin d’Arimbach, départ depuis la mairie d’Argut-Dessous). Trace GPS Saint-Pé d’Ardet – Fos

8h Logistique : Antichan de Frontignes : Auberge la Palombière sur la route du col des Ares en dessous du passage du croisement avec le GR et de la maison de retraite (Chambre autour de 40€. Tél. : 05.61.79.67.01). Refuge de chasseurs avant le col de Matet (pas de couchage). Fos : gîte d’étape sur le GR10 (18€ la nuit, 43€ la demi-pension. Tél.: 05 61 79 13 18). Hôtel la Gentilhommière (Chambre autour de 40€. Tél. : 05 61 79 59 41.)
4 Fos – Vielha
31km
Val d'Aran
Val d’Aran

Commentaires : Longue étape que l’on peut scinder en deux en dormant juste à mi-chemin à Bossòst. Cela peut permettre le lendemain de suivre le sentier rive droite plus long et avec plus de dénivelés par Vilamós et éviter la partie du Cami Reiau rive gauche effondrée (entre Era Bordeta et Es Bordes) suite aux inondations de 2013.
L’étape est majoritairement sur des sentiers et chemins agréables et ombragés.
À Fos, traverser le pont pour suivre rive gauche le sentier balisé Garonne Nature. Il suit une petite route, passe sous la déviation, prend un peu de hauteur pour redescendre sur le plan d’Arem sous le barrage. Arrivé au portail qui ferme l’accès au barrage, le sentier monte directement à droite pour contourner par le haut la zone clôturée. Il poursuit un peu au dessus du lac. Repérer les potelets et les marques oranges car il n’est pas toujours facile à repérer dans la végétation. Quelques passages délicats sont équipés de main courante. Un petit pont de bois permet de passer la frontière. Il rejoint ensuite la nationale quelques mètres en amont du pont du Roi.
Suivre la nationale (marcher derrière les barrières de sécurité. Attention, route à forte circulation !) sur 1,4km pour prendre, à Pontaut, la route de Canejan. Au premier virage en épingle à cheveux, quitter la route pour prendre à droite le Camin Reiau (balisé GR211). Le balisage est bon. Le GR est essentiellement sur chemins et sentiers. Il reste rive droite jusqu’au pont du Pas deth Lop. Un peu avant Les, il est possible de continuer tout droit sur une petite route asphaltée ou de rester sur le GR. C’est un peu plus long mais le chemin est agréable et permet de passer devant la jolie chapelle romane Saint-Blaise. On traverse Les puis Bossòst (belle église romane). Ensuite, il passe rive gauche. Une zone après Era Bordeta s’est effondrée suite aux inondations de 2013. Je suis passé au ras de la Garonne. À voir les conditions et la remise en état de ce tronçon. Sinon, rester rive droite mais c’est plus long et avec plus de dénivelés.
Le chemin monte et descend entre la frontière et le pont du Pas deth Lop. Il est plus régulier ensuite (rive gauche). Trace GPS Fos – Vielha

9h Logistique :Tous services à Les et Bossòst. Plusieurs campings à Era Bordeta. Restaurant à Es Bòrdes. Camping avant le pont d’Arròs. Tous services à Vielha. J’ai dormi à l’hôtel Viella (demi-pension à 45€).
5 Vielha – Aneto
25km
Ancien hospice de Vielha
Ancien hospice de Vielha

Commentaires : Étape de montagne avec de très beaux paysages typiquement pyrénéens. Du dénivelé, c’est le gros morceau du trajet. Il est possible de dormir à la sortie sud du tunnel pour couper l’étape (ou si la veille, on est parti de Bossost, dans la montée dans la cabane du Pontet – voir précisions ci-dessous).
Depuis Vielha, le chemin bien indiqué monte rive droite du ruisseau Nere. La route devient piste puis on le quitte pour un sentier qui grimpe bien dans les bois. Après avoir croisé la piste de Sarraera, il continue dans les bois jusqu’à la cabane de Pontet. Il poursuit dans les pâturages pour contourner par la gauche une croupe et s’engager dans le vallon orienté est-ouest jusqu’au port de Vielha.
À la descente, il part à flanc vers l’ouest avant de revenir puis descendre franchement jusqu’au vallon des Mulleres.
On passe au dessus de la sortie sud du tunnel pour monter légèrement rejoindre un chemin rive gauche. Le suivre jusqu’en dessous du barrage de Baserca. Par la route, on croise la nationale pour monter sur 1 kilomètre jusqu’à Aneto.Trace GPS Vielha – Aneto

9h Logistique :Dans la montée, cabane du Pontet hon gardée (prévoir matelas et duvet). À la sortie sud du tunnel, l’hôpital de Vielha. 1 kilomètre plus loin le refuge de Conangles (15€ la nuit, 36€ la demi-pension. Tél. : +34 619 847 077). Le long du lac de Baserca, cabane forestière de Rases (pas de matelas, très sommaire). À Aneto, hostal rural Casa Moliné (45€ la chambre individuelle avec petit-déjeuner, 16€ le dîner – Tél.: +34 659.90.18.70).
6 Aneto – Castanesa
21km
Vers le col de Salinas
Vers le col de Salinas

Commentaires : Nouvelle étape de montagne avec le passage du col de Salinas à 2183 mètres d’altitude. Beaux paysages de pâturages et vues sur les sommets et notamment le Besiberri.
Depuis Aneto, il faut suivre la route jusqu’au relais TV. Le GR part à droite en grimpant assez directement. Il contourne la montagne pour rejoindre la route près de granges. Il reste ensuite sur la route jusqu’au premier virage en épingle à cheveux. Là, prendre à gauche une piste à flanc légèrement descendant. Elle va vers le fond du vallon pour traverser la rivière. Il faut ensuite monter vers le col de Salinas. Il est possible de couper les virages de la piste. À la cabane de bergers, quitter la piste pour monter au col en suivant le ruisseau.
La descente du col se fait d’abord en allant vers la gauche. Le GR rejoint le ruisseau du Pletillet au niveau d’une piste. La traverser pour continuer le long du ruisseau un long moment (jusque vers 1700 mètres d’altitude). Le chemin n’est pas bien marqué, rester au plus près du ruisseau.
Vers 1700 mètres d’altitude, le chemin part à flanc descendant sur la gauche pour rejoindre la piste qui dessert la vallée. La suivre jusqu’à Fonchanina puis la route (qui monte à flanc) jusqu’à Castanesa. Trace GPS Aneto – Castanesa

7h Logistique :Une cabane de bergers avant le col de Salinas. À Castanesa, hostal rural Ca de Graus (45€ la demi-pension en chambre individuelle. Tél. : +34 974.344.051.).
7 Castanesa – Obarra
26km
Monastère d'Obarra
Monastère d’Obarra

Commentaires : Sur cette étape, on quitte les paysages de montagne pyrénéenne pour trouver des paysages et une végétation plus méditerranéenne. Le balisage du GR18.1 est bon. Deux beaux monuments romans sur le parcours : l’église d’Ardanue et le monastère d’Obarra. Quelques passages mériteraient un peu plus d’entretien après Denuy. La partie dans le vallon après Laspaúles est agréable.
Le GR part juste sous l’hôtel et avant d’arriver aux premières maisons, quitte la route pour partir sur la gauche. Descente directe jusqu’à Ribera. La montée sur l’autre versant attaque juste après la dernière maison de Ribera, passe devant la chapelle. On croise la route puis continue à monter jusqu’à Denuy.
Contrairement à ce qui apparaît sur certaines cartes, à Denuy, il faut partir sur la gauche et tout de suite à droite devant la première maison. La partie entre Denuy et Ardanue était “touffue” quand j’y suis passé.
À Ardanue, on part à gauche devant la première maison et on passe devant la belle chapelle romane de style lombard. Le GR continue de monter jusqu’à Neril à 1500 mètres d’altitude (400 mètres plus haut que Ribera).
De Neril, on descend pour rejoindre la route N260 que l’on suit sur quelques mètres. Le GR qui partait sur la droite vers Suils n’était pas debroussaillé, du coup, le panneau d’entrée dans Laspaúles était juste devant et j’ai continué tout droit.
De Laspaúles, prendre en face du camping. Le GR s’oriente vers la gauche pour rejoindre Villaplana. On traverse le hameau par le haut. Le sentier agréable s’enfonce dans un vallon. Il rejoint le GR15 que l’on suit une centaine de mètres vers l’est. On descend traverser une rivière pour remonter de l’autre côté rejoindre une route. La suivre sur la droite une centaine de mètres avant de prendre le GR sur la gauche. Il part à flanc dans le Congosto de Obarra avant une ultime montée pour franchir un passage et redescendre sur Ballabriga et Obarra.
Le GR 18.1 part du monastère rive gauche du rio Isabena pour monter vers Calvera. J’ai suivi la route pour rejoindre l’hôtel (le chemin rive gauche est mal défriché. Trace GPS Castanesa – Obarra

9h Logistique : À Laspaúles : hôtel, restaurants, petite épicerie au camping, distributeur automatique de billets. À Obarra, 1km après le monastère, hôtel-restaurant (25€ la nuit+2,5€ pour le petit déjeuner, 15€ le dîner -Tél.:+34 974.34.70.80 – casalacuadreta@hotmail.com – fermé le samedi).
8 Obarra – Roda de Isabena
22km
Roda de Isabena
Roda de Isabena

Commentaires : Pas de grosses difficultés. Bon balisage, paysages méditerranéens, petits villages tranquilles et quelques jolis ponts sur le rio Isabena et un final en beauté avec le vieux pont de Roda et la petite cité épiscopale.
Depuis l’hôtel, pour récupérer le GR 18.1, après le pont, prendre la première route à gauche pour rejoindre la route qui monte à Calvera. Prendre la piste à droite qui s’enfonce dans le vallon, elle rejoint le GR 18.1 à l’endroit où il traverse la rivière avant de monter vers Morens.
À flanc, il poursuit vers Beranuy, Pardinella et Biascas de Obarra. Là, il rentre dans le vallon en passant par un délicat passage d’éboulis. Il monte jusque vers mille mètres d’altitude vers la chapelle romane en ruine de Fornons (XIIème siècle). La descente vers Serraduy del Pou se fait en lacets serrés. J’ai traversé le village par la route pour passer devant le bar…
La suite, rive gauche du rio Isabena est assez facile. Le GR passe en face de Puebla de Roda puis de Roda de Isabena pour aller jusqu’au pont médiéval avant de revenir en direction de Roda. Il ne reste plus qu’à monter au sommet de la colline. Trace GPS Obarra – Roda de Isabena

6h Logistique : À Serradúy del Pau, hôtel Casa Peix (45€ la demi-pension en chambre individuelle – Tél.: 00.34.974.54.44.30). Boulangerie. Si on rentre dans Puebla de Roda, hôtel Casa Custodio, camping Isábena, commerces, distributeur automatique de billets. À Roda : l’Hospederia 60€ la demi-pension en chambre individuelle en période creuse (très bon standing – les repas se prennent dans une superbe salle contiguë au cloître – Tél.:00.34.974.544.554). Pain, fromage et charcuterie en vente à l’Hospederia. Un restaurant.
9 Roda de Isabena – Graus
32km
En quittant Roda de Isabena
En quittant Roda de Isabena

Commentaires : Longue étape avec pour la première fois, un balisage quasi inexistant. Le marquage ne correspond pas avec les cartes IGN. Cette étape sera difficile à réaliser sans trace GPS. Les temps forts sont les superbes vues sur Roda, la colline, le clocher en ombre chinoise le matin et le Congosto d’Obarra en arrière plan. L’arrivée en fin de journée avec le soleil tombant doit être tout aussi belle. Le pont médiéval de Capella est aussi très joli et pour terminer l’arrivée à Graus avec là aussi un très joli pont médiéval et la belle place Mayor.
Premier et seul point d’eau à Capella de l’autre côté du pont.
J’ai tenté de suivre le GR 18.1 puis, pour réduire la distance de cette très longue étape, j’ai coupé directement vers El Soler pour rejoindre le GR1 sans passer par Laguarres.
Depuis Roda, commencez par prendre la route qui quitte le village. Le démarrage du GR est signalé. Il passe devant un pylône et un bâtiment en béton pour partir à gauche en descendant. Il rejoint le fond du vallon par un sentier peu marqué et parfois délicat (pentes d’éboulis). Le départ du sentier sur l’autre versant n’est pas facile à trouver. Le balisage est un peu caché. Une fois repéré, la montée est plus facile.
Il rejoint une zone de pâturages où là aussi, il n’est pas facile de se repérer. Il faut traverser une piste puis prendre la piste qui part à flanc descendant en franchissant une barrière métallique. Après être descendu dans un autre vallon, le chemin remonte sur une zone avec des bâtiments agricoles et des champs marqué Casa Chulián sur les cartes. Le sentier marqué sur certaines cartes pour rejoindre Casa Peregrín est barré par une clôture grillagée. Il faut descendre la piste jusqu’au grand bâtiment en ruine de Casa Campo pour prendre la piste à droite qui monte vers Casa Peregrín.
La suite est plus facile, il faut juste être vigilant notamment avant de rejoindre le vallon avant Guel pour ne pas louper le sentier qui part à gauche le rejoindre.
À Guel, il faut prendre sur quelques centaines de mètres la route qui monte jusqu’à un poste électrique pour prendre à gauche la piste qui rejoint Casa Farreras.
J’ai ensuite suivi la piste qui descend jusqu’à El Soler. Le GR 18.1 quitte la piste à gauche pour rejoindre le GR1 à Laguarres.
D’El Soler, j’ai suivi la route peu fréquentée (elle termine en cul de sac au village) jusqu’au pont sur le rio Isabena pour suivre le GR1 sur l’autre rive.
Le GR 1 n’est pas mieux balisé. Ne pas rester sur la piste quand elle attaque la montée mais prendre celle à droite pour rejoindre Capella (point d’eau de l’autre côté du pont médiéval). Quelques centaines de mètres après Capella, le GR quitte la piste (c’est indiqué) pour un sentier quitte monte jusqu’au village abandonné de Portaespana. Ensuite, le GR rejoint une piste qui rejoint le pont médiéval de Graus. J’ai suivi les traces bleues et blanches qui, à droite, amènent au sentier PR Mirafores de Graus. Il est entre le GR1 et le rio Isabena. Trace GPS Roda de Isabena – Graus

9h Logistique : À Capella, bars (dans le village ou à la piscine, de l’autre côté du pont, quand elle est ouverte). Tous services à Graus. Auberge municipale à 800 mètres du centre en direction de Capella (alberguedegraus@gmail.com – Tél.: 00.34.684.07.71.72). J’ai dormi à l’hôtel Lleida (au pont de la route de Capella – 45€ la demi-pension en chambre individuelle – Tél.:00.34.974.54.09.25/26 ).
10 Graus – El Grado (via Torreciudad)
22km
Torreciudad
Torreciudad

Commentaires : Étape plus courte jusqu’à El Grado en faisant le crochet par Torreciudad (18km sans ce détour). De l’Ermita San Pedro à Secastilla, il ne s’agit pas d’un chemin balisé.
J’ai rejoint l’Ermita San Pedro en montant par le chemin balisé qui passe derrière la basilique Santa-María de la Peña. Après l’Ermita (point d’eau sous le porche), là où le sentier balisé PR quitte la piste à droite, quitter aussi la piste en prenant à gauche le chemin qui monte en longeant la pinède. Il rejoint la piste plus haut. Là, prendre en face. Poursuivre en laissant une piste qui part à gauche puis une autre qui monte à droite.
À environ 900 mètres d’altitude, prendre la piste qui part en descendant sur la gauche (balisée itinéraire VTT). On aperçoit le monastère de Torreciudad puis le village de Secastilla (point d’eau à côté du four à pain et de la piscine). La piste aboutit au village. Le traverser, descendre jusqu’à la piscine pour prendre le chemin balisé PR vers Bolturina. Le sentier descend dans un vallon avant de remonter vers l’église en ruine de Bolturina.
Le sentier monte rejoindre une route qui mène à Torreciudad. La traverser pour aller au bout d’une vaste plateforme de terre qui a empiété sur le départ du chemin. Il part en descendant et rejoint l’embranchement vers Torreciudad. Possibilité d’y faire l’aller-retour.
À gauche, il mène à El Grado. On croise une première fois la route de Torreciudad, puis après l’avoir retrouvée et suivie jusqu’au barrage, prendre tout de suite après un sentier à droite qui rejoint le pont sur le rio Cinca. Trace GPS Graus – El Grado

6h Logistique : À El Grado, barrio del Cinca, hôtel Las Acacias (51€ la demi-pension en chambre individuelle – Tél. : 00.34.974.30.40.35 ). Quelques mètres plus loin hôtel Tres Caminos, tarifs du même ordre (Tél. : 00.34.974.30.40.51)
11 El Grado – Barbastro
19km
Barbastro
Barbastro

Commentaires : C’est la fin des Pyrénées. Peu de relief (tout de même, quelques montées et descentes), de la vigne, des champs d’oliviers. Sans passer par Torreciudad, il est possible de faire une très longue étape depuis Graus (attention à la chaleur avant Barbastro).
Le chemin qui suit le GR17, est balisé mais quelques passages sont mal indiqués.
Prendre la première route à droite après l’hôtel Tres Caminos. La suivre jusqu’au moment où elle part sur la droite pour prendre la piste qui longe par la gauche des bâtiments agricoles. Elle revient presque à la route principale pour s’en éloigner à nouveau.
Dans la montée, le GR quitte la piste pour descendre à droite. Là, j’ai aboutit à une zone inondée et boueuse. J’ai donc repris la piste en montant pour passer sous l’aqueduc et prendre la route asphaltée sur la gauche. Au dessus de la centrale électrique, j’ai repris une piste à gauche qui m’a ramené sur le GR en haut de la colline San Martín.
Le GR descend dans un vallon où il faut prendre à gauche vers des bâtiments agricoles. Juste avant, le GR part sur un sentier à droite. Il rejoint une piste qui va jusqu’à Costean que l’on traverse pour atteindre le fond du vallon. Suivre la piste qui monte à droite puis redescend dans un autre vallon. Après avoir traversé le ruisseau, le GR 45 continue sur la droite ; prendre le GR 17 qui lui, suit un sentier sur la gauche. Il monte rejoindre une piste qui mène à Barbastro. Trace GPS El Grado – Barbastro

4h Logistique : À Barbastro : tous services. En centre ville, dans la première rue parallèle au rio Vero après celle qui le longe rive droite : Pension Goya (27€ la chambre individuelle sans petit déjeuner – calle Argensola – Tél. : 00.34.974.311.747), Hôtel Palafox (même ordre de prix – Calle Corona de Aragón – Tél. : 00.34.974.312.461)
12 Barbastro – Berbegal (via El Pueyo)
20km
Berbegal
Berbegal

Commentaires : Pour faire la jonction avec le Camino Catalán à Berbegal, j’ai opté pour un chemin via le monastère de Pueyo. C’est un peu plus long mais l’étape est presque intégralement sur des chemins (même s’ils ne sont pas balisés).
Traverser Barbastro par la rue qui longe la cathédrale par la droite (devant le clocher), continuer tout droit jusqu’à une première fourche avec une croix, prendre la route de gauche et tout de suite après, à une nouvelle fourche, à nouveau à gauche, cette fois sur une piste (Camino de los Canónigos). Elle redevient asphaltée, passe entre deux réservoirs d’eau, continuer tout droit sur la piste après avoir traversé le canal d’irrigation jusqu’à El Pueyo (marquage GR).
Pour rejoindre Berbegal, la première option est de prendre devant la colline d’El Pueyo la piste qui rejoint les ronds-points et traverse l’autoroute à l’ échangeur.
J’ai contourné la colline au premier virage en épingle à cheveux en prenant la piste à droite puis la deuxième à gauche (marquage circuit VTT). Elle rejoint une petite route asphaltée qui va jusqu’à la nationale. En face une piste passe au dessus de l’autoroute.
Au fond du vallon, après avoir traversé le ruisseau, le chemin qui apparaît en face sur les cartes comme Camino de Berbegal n’existe pas. Soit prendre à droite puis à gauche soit faire le contraire. Cela ramène à une petite route qui va en direction de la Perdiguera. La suivre sur la droite sur 400 mètres puis prendre la piste à gauche.
Arrivé à une route, prendre en face pour traverser le canal d’irrigation, suivre un chemin et traverser ensuite une autre route. Prendre le chemin mal debroussaillé en face puis obliquer à gauche pour rejoindre une piste au pied de la colline de Berbegal. Des flèches jaunes chemin de Saint Jacques indiquent la fin de l’étape jusqu’à Berbegal. Trace GPS Barbastro – Berbegal

5h Logistique : À Berbegal : bar-restaurant, épicerie, auberge pour pèlerins (voir le site Eroski pour les informations sur le Camino Catalan jusqu’à Santa Cilia).

De Berbegal, il y a 6 étapes pour rejoindre le Camino Aragonés à Santa Cilia de Jaca.
Le Camino Catalan par San Juan de la Peña de Montserrat à Santa Cilia de Jaca est décrit avec les adresses d’hébergement sur le site Eroski . Il existe aux étapes des auberges pour pèlerins.
De Barbastro à Saragosse, il y avait un projet de Ruta Mariana reliant les deux villes puis Torreciudad et Lourdes. Il a l’air d’être abandonné. Il est possible en partie sur pistes, petites routes et portions de PR de rejoindre le chemin de l’Ebre du côté de Peñalba.


Saint-Gaudens – Barbastro through Luchon and Benasque or Glere pass :

La Maladeta du port de Vénasque
La Maladeta du port de Vénasque

De Saint-Gaudens en Espagne par Luchon, le chemin suit un itinéraire historique emprunté au moyen âge pour le port de la Glère et par les premiers pyrénéistes pour le port de Vénasque.
Au delà de Vénasque, il fait le lien avec des chemins est-ouest comme le GR 11, le GR 15, le GR 19 puis les chemins de Compostelle au sud des Pyrénées. En majeur partie, il est balisé en GR.

Sites internet :

Sur la voie du Piémont, le chemin dans la vallée d’Aure, d’autres chemins transfrontaliers et les liaisons en Espagne avec le Camino Aragonés, ce site sur la voie du Piémont est bien documenté, à la fois sur les itinéraires et l’histoire.

Le site de l’office de tourisme d’Aragon propose une cartographie des sentiers sur la province (pas complètement exhaustive). En zoomant sur la carte, les tracés sont visualisés et en cliquant dessus, il est possible d’avoir les informations sur les chemins et de télécharger des traces GPS.

Il est possible de télécharger toute une série de documentation, carte touristique sur le site de l’office de tourisme de Ribagorza.

Le site de l’office de tourisme du Sobrarbe est bien fait. On y trouve une carte des chemins et toutes les informations sur le chemin de Saint Jacques en Sobrarbe.

J’ai téléchargé certaines traces en faisant des recherches sur wikiloc. Il est possible aussi d’y télécharger des tracés de la Federación Aragonesa de Montañismo. Attention, comme cela est indiqué, certains tracés ne sont pas bons.

Carthographie :

Je suis resté fidèle à Iphigenie. L’application (disponible sur l’Apple Store et Androïd : http://iphigénie.com/?lang=fr donne accès aux cartes IGN espagnoles. Elle permet d’avoir en cache (visible sans connexion internet) les cartes au 50000ème au pire et sur certaines zones au 25000ème.

Les étapes :

Pour le démarrage, il y a deux options :
– celle décrite ci-dessous en partant de Saint-Gaudens.
– ou en partant de la gare de Montréjeau-Gourdan-Polignan puis par le GR86, rejoindre Saint-Bertrand de Comminges en une petite étape de 12 kilomètres Saint-Bertrand.

 

1 Saint Gaudens – Saint Bertrand de Comminges
21km
Saint Bertrand de Comminges et Saint Just de Valcabrère
Saint Bertrand de Comminges et Saint Just de Valcabrère

Commentaires : Cette étape se situe dans le cadre de la voie de la Garonne qui relie Toulouse à Saint Bertrand de Comminges. Elle se déroule en trois temps, un premier temps “histoire” avec Saint-Gaudens et les ruines gallo-romaines de Valentine, un deuxième temps “nature” avec le passage sauvage par le col de Lauach et un final en apothéose avec l’arrivée sur Saint Just et Saint Bertrand.
De St Gaudens, descendre sur Valentine par un chemin qui longe la route à partir du Montjoie de la Caoue. Après le pont de Valentine, partir à droite vers la centrale électrique et suivre le parcours cyclable de la Garonne jusqu’au pont au niveau de la villa gallo romaine. Le chemin traverse les ruines (une église wisigothique, des tombes avec des pèlerins avec coquille de saint Jacques et bourdons ont été fouillées). On longe sur 20 mètres la D8 pour à ras des maisons prendre un chemin qui longe la route à droite, puis la traverse et part en biais vers Labarthe Rivière. Traversée du village jusqu’aux écoles, av Victor Hugo, puis à gauche pour récupérer le chemin des 4 Chênes qui monte vers le col de Lauach. Au col, on laisse le chemin des 4 Chênes pour poursuivre tout droit et via le sentier des collines de las Couerles, rejoindre le GR86, suivre les indications Barbazan, récupérer le GR78 au dessus du parc thermal et continuer jusqu’à Saint Bertrand de Comminges. Trace GPS Saint Gaudens – Saint Bertrand de Comminges

6h Logistique :Labarthe Rivière : boulangerie et épicerie. Barbazan : Hôtel l’Aristou. Restaurant au casino. Loures Barousse : tous commerces. Hôtel des Vallées. Saint Bertrand : hôtel, restaurants, dépôt de pain avec fromage, charcuterie….Halte jacquaire au presbytère de Saint Bertrand de Comminges. Des provisions sont mises à la disposition des pèlerins. Donativo. Cuisine. Contact : 05.61.88.31.54 ou 06.30.21.63.35. Gîte dans la ville basse : Marie Uchan au 06.79.79.70.65 ou 05.61.88.31.82. Hôtel du Comminges. Hôtel Oppidum.
2 Saint-Bertrand de Comminges – Sost
17km
Château de Bramevaque

Commentaires : Cette étape est essentiellement sur des chemins parfois balisés localement. Elle permet de découvrir la vallée de la Barousse et ses villages.
Quitter Saint-Bertrand par la Voie du Piémont et prendre le chemin tout de suite à gauche au pied de la colline. Arrivé à la route de Sarp au col de Mortis, la prendre vers la gauche et la suivre sur 600 mètres avant de prendre à gauche un chemin qui monte vers le mont Sarrat puis redescendre par un chemin sur Aveux. Prendre un chemin qui coupe le virage de la route qui monte au col de Mortis. Une fois récupérée la route, la laisser rapidement pour prendre une petite route à flanc qui se prolonge par un chemin sous le pic de Cau, le contourne en partie. Quitter ce chemin pour descendre sur Sacoué. Par une petite route, rejoindre Bramevaque puis prendre le chemin du château (château féodal du XIIe) et poursuivre par l’ancienne voie médiévale jusqu’à Mauléon
De Mauléon, une piste permet de rejoindre Esbareich puis prendre la route du cimetière qui se poursuit en chemin jusqu’à Sost.  Trace GPS Saint-Bertrand – Sost.

6h LogistiqueMauléon Barousse : épicerie, boulangerie, hôtel-restaurant des Pyrénées (48€ la chambre individuelle. Tél : 05 62 39 23 27). Sost : possibilité de dormir sous yourtes au Portillon des Fées 
3 Sost – Luchon
22km
Sur les crêtes avant Luchon

Commentaires : Étape sauvage en grande partie en crête avec belles vues sur la Maladetta et les 3000 du luchonnais. Belle vue sur Luchon en arrivant. Cazaril-Laspènes : belle église avec réemploi d’auges cinéraires romaines. Longue étape avec 1400 mètres de dénivelés.
Après le Cap de la Lane, on quitte rapidement la piste rive droite de l’Ourse pour monter par un chemin vers le bois des Mouladets puis le bois de Toucoulude. Par les prairies, on gagne la montagne de Lège pour suivre des sentiers un peu en dessous des crêtes pour rejoindre le sommet d’Antenac.  Le sentier GR de pays Tour d’Oueil-Larboust permet de rejoindre Luchon d’abord par les crêtes puis en descendant via Cazaril-Laspènes. Trace GPS Sost – Luchon

9h LogistiqueLuchon : tous services. Gîte d’étape Le Lutin (Nuitée autour de 20€. Tél. : 05.61.89.70.86). Gîte d’étape Le Skioura (sur la route de Vénasque. Demi-pension à 37€. Tél. : 05.61.79.60.59). Campings. Hôtels toutes catégories avec en petits budgets : Le Faison Doré, le Chalet, le Portillon.
4 Luchon – Hospice de France
13km
Hospice de France
Hospice de France

Commentaires : De Luchon, suivre les panneaux Route 3404. Au départ du télécabine, prendre la route à gauche puis tout de suite après, à droite le chemin de la crémaillère. Il monte assez raide avant de continuer à flanc (belles vues sur Luchon). Il rejoint presque la route au niveau du gîte Skioura. Une passerelle traverse la Pique sous la tour de Castel Vieil et permet de rejoindre l’Hospice de France en montant sur l’autre rive. Trace GPS Artigue – Hospice de France

5h Logistique :Pont de Ravi : Gîte d’étape La Demeure de Vénasque (Demi-pension autour de 40€. Tél. : 05.61.94.31.96). Hospice de France : dortoirs très coquets de 6 places avec salle de bain (44€ la demi-pension) ou chambre hôtelière (70€ la demi-pension en chambre individuelle, 50€ en chambre double). Bonne cuisine avec des produits de qualité, accueil convivial, une belle adresse. 
5 Hospice de France – Vénasque
25km
Dans la montée au port de Vénasque
Dans la montée au port de Vénasque

Commentaires : Etape mythique avec la belle montée vers le port de Vénasque, le passage devant les lacs puis la somptueuse vue sur la Maladeta et le toit des Pyrénées.
Le chemin, bien marqué, part de l’hospice droit vers le fond du cirque avant de s’élever par des lacets serrés d’abord vers le refuge au bord des lacs puis jusqu’au port de Bénasque.
Les vues dans la montée sur les lacs puis au port sur le massif de la Maladetta sont somptueuses.
Côté espagnol, un peu en dessous du col, un sentier marqué avec un balisage avec deux traits verts part à droite pour descendre jusqu’au Llanos de l’Hospital. Il passe devant les ruines de l’hôpital de l’époque moderne puis en face de celui actuel avant d’atteindre le parking.
Suivre la route sur environ 1 kilomètre avant de prendre la première piste à gauche qui descend traverser le río Esera pour poursuivre rive gauche. Il est aussi possible d’éviter ce passage sur la route en prenant un chemin qui part entre l’Hospital de Benasque et le parking et rejoint à flanc les Baños de Benasque.
Suivre ensuite le panneau Sendero Botánico puis Turpi. Traverser le plan de Turpi rive droite. On rejoint une piste qui traverse plus loin le río, continue rive gauche, passe devant la zone de camping libre (sanitaires), puis la retenue d’eau, le camping Ixeai.
Le chemin passe sous le pont de la route principale, traverse le camping Aneto. Ne pas traverser la rivière là mais poursuivre rive gauche jusqu’au prochain pont, au niveau d’une micro centrale. Un chemin permet de rejoindre Benasque rive droite.
De Benasque, il est possible de rejoindre Roda de Isabena par Castanesa et ensuite de poursuivre suivant la description du parcours Saint-Gaudens – Barbastro par le Val d’Aran. Voir la trace de la jonction Benasque-Castanesa sous Wikiloc.Trace GPS Hospice de France – Benasque

9h Logistique : Refuge CAF de Vénasque à 2250 mètres d’altitude (41€ la demi-pension, réduction adhérents CAF. Tél. : 05.61.79.26.46)
Hôtel Hospital de Benasque juste avant le parking (à partir de 45€ la chambre individuelle en période creuse.
Hôtel Turpí, à l’embranchement de la route des Baños de Benasque (autour de 55€ la demi-pension en chambre individuelle). Camping. Zone de camping libre avec sanitaires au-dessus de la retenue d’eau.
Campings Ixeai et Aneto au niveau de la jonction avec le vallon d’Estos.
Vénasque : tous services. Escuela de Montaña de Benasque au-dessus de Benasque, à droite quand on va vers Eriste (30€ la demi-pension. Tél. : 00.34.974.552.019). Toutes catégories d’hôtels : hôtel El Pilar (autour de 35€ la chambre individuelle avec petit-déjeuner. Tél. : 00.34.974.551.263)
5b Variante : Ravi – Vénasque par le port de la Glère
28km
Cirque de la Glère
Cirque de la Glère

Commentaires : En empruntant le port de la Glère, vous passerez par le passage utilisé à l’époque médiévale avec l’ancien hôpital qui se trouvait côté français à Saint-Jean de Jouéou et les ruines de celui côté espagnol près desquelles le chemin passe.
Attention, un névé subsiste jusque tard dans la saison et peut nécessiter un équipement de haute montagne (crampons, piolet) en cas de neige dure.
Pour raccourcir l’étape, il est conseillé soit de dormir à Ravi, 5 kilomètres après Luchon (13 km depuis Artigue donc soit faire une courte étape soit la veille une longue…) ou à l’Hospice de France en empruntant ensuite le sentier de l’Impératrice. Il y a 17km du gîte de Ravi à l’hôtel Turpí et 28km jusqu’à Vénasque (et 1610 mètres de dénivelés positifs).
Du pont de Ravi (voir la description ci-dessous du chemin), suivre la route de l’hospice de France jusque un peu avant l’arborétum de Saint-Jean de Jouéou. Ici était implanté au début du XIIème siècle l’hôpital fondé par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
Prendre la piste qui monte à gauche. Le chemin est balisé. Il abandonne la piste au sixième virage en épingle à cheveux.
Il atteint le fond du cirque de la Glère avant de monter jusqu’au port sur un sentier avec des aménagements assez impressionnants notamment en fin de montée. Certaines parties sont aériennes.
La descente côté espagnol offre de belles vues avec le lac des Gourgoutes et le massif de la Maladetta.
Le chemin, bien balisé, passe devant les ruines de l’hôpital médiéval avant de rejoindre le parking des Llanos de Bénasque. Trace GPS Ravi – Benasque par le port de la Glère

10h Logistique :Hôtel Hospital de Benasque juste avant le parking (à partir de 45€ la chambre individuelle en période creuse.
Hôtel Turpí, à l’embranchement de la route des Baños de Benasque (autour de 55€ la demi-pension en chambre individuelle). Camping. Zone de camping libre avec sanitaires au-dessus de la retenue d’eau.
Campings Ixeai et Aneto au niveau de la jonction avec le vallon d’Estos.
Vénasque : tous services. Escuela de Montaña de Benasque au-dessus de Benasque, à droite quand on va vers Eriste (30€ la demi-pension. Tél. : 00.34.974.552.019). Toutes catégories d’hôtels : hôtel El Pilar (autour de 35€ la chambre individuelle avec petit-déjeuner. Tél. : 00.34.974.551.263)
6 Vénasque – San Juan de Plan
21km
Avant le col de Sahún
Avant le col de Sahún

Commentaires : La montée vers le col de Sahún est sauvage et belle. Au col, la vue embrasse trois des plus hauts massifs des Pyrénées : la Maladeta, les Posets et le Mont Perdu.
De Vénasque, une promenade urbaine longe la nationale à la sortie de la ville. Une fois passé les dernières urbanisations et maisons, un chemin s’écarte un peu de la nationale et un peu au-dessus de celle-ci, rejoint l’entrée d’Eriste.Suivre les panneaux qui mènent vers le haut du village d’Eriste. Le chemin n’est pas très bien balisé et pas facile à suivre. Il grimpe en prenant 2 fois l’option à flanc vers le sud. La troisième fois, il continue à monter. Globalement, depuis la route, il gagne 170 mètres de dénivelés. La redescente vers le monasterio de la Virgen de Guayente est plus évidente.
Dans Sahún, le départ vers le chemin des Ermitas est bien indiqué. Le sentier est agréable, facile à suivre, ombragé. Il grimpe progressivement. Vers 1500 mètres d’altitude, juste avant d’arriver à l’Ermita Santa Chulia et après avoir traversé un ruisseau, prendre à gauche un sentier qui descend légèrement. Il y a des cercles orangés à l’embranchement, mais il ne s’agit pas d’un chemin balisé. Il traverse un pré, passe devant une ruine puis continue à flanc descendant. Sur cette partie, il est facile à suivre. Il traverse le ruisseau sur un pont en bois. Quelques centaines de mètres plus loin, ne pas suivre les traces qui continuent rive droite mais retraverser et grimper sur la rive opposée pour rejoindre des prairies. Le col de Sahún est en ligne de mire et pour l’atteindre, suivre les traces qui montent dans les prairies.
Au col, au bout de la route, descendre droit dans les prés puis rapidement, aller vers la gauche, passer devant un abreuvoir et poursuivre la descente, rive gauche, en lisière de la forêt de pins.
Le sentier traverse le ruisseau au niveau de la confluence de plusieurs vallons. Ne pas s’éloigner du ruisseau, remonter le flanc éboulé d’un vallon adjacent pour reprendre la descente au ras d’un grillage protégeant une zone éboulée.
Le sentier rejoint une piste qu’il traverse pour rejoindre San Mamés. Il poursuit en descente, rejoint une autre piste que l’on suit une centaine de mètres sur la droite avant de prendre à gauche un chemin jusqu’à San Juan de Plan. Trace GPS Benasque – San Juan de Plan

6h Logistique : Eriste : Hostal Casa Rosita (autour de 50€ la demi-pension en chambre individuelle. Tél.00.34.974.551.307). Hôtel Eriste (légèrement plus cher. Tél. : 00.34.974.551.632). Hostal Noguero.
Sahún : Hostal Casa Secretario (autour de 30€ la chambre individuelle avec petit-déjeuner. Tél. : 00.34.974.344.252). Hostal Casa Lacreu (du même ordre de prix. Tél. : 00.34.974.55.13.35)
Col de Sahún : refuge Marradetas. San Juan de Plan : épiceries, bars, restaurants, hostal Casa Laplaza (55€ la demi-pension en chambre individuelle. Tél. : 00.34.974.506.052). Hôtel Casa Anita (catégorie au dessus).
7 San Juan de Plan – Lafortunada
23km
Badain
Badain

Commentaires : Parcours non effectué. A vérifier sur le terrain.
Si vous voulez redescendre vers Barbastro, je prendrais le PR HU 37 vers Plan puis Serveto puis le GR 19 jusqu’à Sin. Enfin, je rejoindrais Saravillo par le PR HU 38 et terminerais l’étape à Lafortunada en empruntant le GR 15.
Pour poursuivre sur les chemins de Compostelle, vous pouvez trouver de l’information sur le site de l’office du tourisme du Sobrarbe avec une carte des sentiers  et les informations sur le chemin de Saint Jacques en Sobrarbe.
Par rapport à ce qui est indiqué, et comme vous avez dans les jambes la traversée des Pyrénées, je continuerais de San Juan de Plan à Serveto et Sin puis resterais sur le GR 19 jusqu’à Tella puis le GR 15 jusqu’à Broto. En effet, cette partie, au pied du massif du Mont Perdu est superbe. Trace GPS San Juan de Plan – Lafortunada

6h Logistique : Plan : commerces, hôtels. Sin : Auberge. Saravillo : Hôtel. Lafortunada : bar, restaurant, hôtel Badain (30€ la chambre individuelle avec petit-déjeuner. Belles chambres rénovées).
8 Lafortunada – Aínsa
24km
Araguás
Araguás

Commentaires : Étape entièrement sur le GR 19. Bien balisée avec un agréable sentier rive gauche du rio Cinca jusqu’à Laspuña et de belles vues sur le massif du Mont Perdu et la Peña Montañesa ensuite. À Laspuña, le balisage Compostelle mène soit vers Boltaña, Fiscal puis Jaca soit vers Aínsa.
De Lafortunada, prendre la route vers Badain. Passer par le village ou rester sur la route pour traverser le rio Irués en dessous du village. Suivre le sentier rive gauche du rio Cinca jusqu’à la route de Laspuña.
Le GR monte traverser le village puis continue à flanc jusqu’à Araguás. Il passe un petit col avant de redescendre sur Pueyo de Araguás et Aínsa. À Aínsa, il est possible de suivre un balisage Compostelle vers Boltaña, Fiscal puis Jaca. Trace GPS Lafortunada – Aínsa

7h Logistique :Laspuña : bar-restaurant, épicerie, hôtel. Pueyo de Araguás : bar-restaurant. À Aínsa tous services. Auberge Mora de Nuei dans la ville médiévale (17€ en dortoir). Hostal Dos Rios après le pont (42€ la chambre individuelle). Hostal Pirineos (32€ la chambre individuelle)
9 Aínsa – Meson de Ligüerre
33km
Sentier dans le Congosto de l'Entremón
Sentier dans le Congosto de l’Entremón

Commentaires : Longue étape que l’on peut raccourcir en dormant à Ligüerre de Cinca (29km) ou en prenant la route entre Ligüerre de Cinca et Meson de Ligüerre (31km).
Belle étape avec vues sur le massif du Mont Perdu et la Peña Montañesa puis la traversée du Congosto de l’Entremón. Le balisage est bon d’abord sur le GR 19 puis sur le GR 1.
D’Ainsa, traverser les deux ponts direction Campo et, quand la route tourne à droite, prendre tout droit un chemin qui mène à Usana (point d’eau). Après avoir passé un barranco, le GR traverse Banastón (point d’eau), Santa Tecla, passe sous la route nationale pour longer la rivière de la Nata. Il traverse la rivière pour monter raide sur Griebal puis continuer de monter jusque vers 800 mètres d’altitude entre la Corona (ruines) et Fumanal (source avant d’y arriver).
Il faut ensuite redescendre traverser un rio après le Humo de Muro (point d’eau) pour, à nouveau, monter (assez raide) vers 750 mètres d’altitude. Le GR rejoint ensuite le barrage, passe les tunnels de la route pour s’engager dans le Congosto de l’Entremón (certains passages sont assez impressionnants). Après avoir traversé le pont de l’Entremón, il rejoint Ligüerre de Cinca (point d’eau) par un sentier en contrebas de la route puis Meson de Ligüerre en suivant les courbes des rives du lac. Trace GPS Aínsa – Meson de Ligüerre

10h Logistique :El Humo de Muro : restaurant. Ligüerre de Cinca : 2 hôtels Casa Broto (3*) et Casa Sebastian (plus cher). À Meson de Ligüerre : camping (18€ l’emplacement en saison, auberge plutôt type Hostal, autour de 40€ la chambre).
10 Meson de Ligüerre – Naval
17km
Abizanda
Abizanda

Commentaires : Belle étape, bien balisée (sur la partie dans le Sobrarbe, moins à la fin dans le Somontano). Passage par plusieurs petites chapelles, les ruines du château d’Escanilla, le vieux village d’Abizanda. Belles vues sur le massif du Mont Perdu.
De Meson de Ligüerre, traverser avec prudence le pont sur le rio Susia (pas de trottoir et de la circulation). Tout de suite après le pont, prendre le chemin à gauche qui longe la nationale en contrebas. Il faut ensuite la traverser pour rejoindre Escanilla par l’ancienne route.
On traverse le village pour descendre ensuite recroiser la nationale, descendre au fond d’un vallon pour remonter assez raide vers la chapelle San Juan Bautista et la tour de l’ancien château.
Au dessus de la chapelle, le GR part à droite sur une piste qui redescend, croise à nouveau la nationale pour monter vers Abizanda (point d’eau). Il faut ensuite monter en direction de l’Ermita San Salvador (un peu à l’écart du GR, beau point de vue). Le GR continue à monter, se rapproche de la route Naval-Abizanda pour descendre dans un vallon et remonter au pied du Peña Robles.
Venant de Naval, j’ai loupé le chemin depuis la route de l’Ermita de los Dolores et suis passé par le village abandonné de Paul (c’est un détour de 3 kilomètres mais pas inintéressant. Dans ce cas-là, laisser le balisage quand on rejoint la piste au pied du Peña Robles pour prendre à gauche et contourner la montagne par le sud en prenant la première piste à droite. On passe derrière une maison à la Muela en assez bon état pour traverser sur un vieux pont le Barranco de Mayo et rejoindre le GR 45 en dessous de Paul. On suit ensuite ce GR jusqu’à la route de l’Ermita de las Dolores ).
Le GR 1.1 lui, contourne la Peña Robles par le nord, descend dans un vallon pour remonter jusqu’à la route de l’Ermita de las Dolores. On descend ensuite jusqu’à la route Naval-Abizanda que l’on prend vers la gauche pour un peu plus loin, tourner à droite rejoindre les anciennes salines de Ruela. Le chemin à gauche va à Naval. L’auberge est à l’entrée du village dans le même bâtiment que la Guardia Civil. Trace GPS Meson de Ligüerre – Naval

5h Logistique : À Abizanda : bar-restaurant, hôtel. À Naval : épicerie, boucherie, pharmacie, bars. L’auberge municipale est souvent remplie en été par des groupes de jeunes (10€ en dortoir – Tél. : 00.34.974.300.304 / 686.983.027 – maricarmenvilor@hotmail.com).
11 Naval – Barbastro
23km
Naval et les salines
Naval et les salines

Commentaires : De Naval à Coscojuela, beau parcours par les salines, Santa Quiteria puis un chemin en hauteur avec vues sur les Pyrénées et la plaine. On voit vraiment que l’on arrive au bout des montagnes. L’itinéraire presque intégralement sur chemins, suit en partie des chemins balisés mais le balisage est quasiment absent. Il suit le Camino de la Sal, du Mirador Tozal de Pisa, le PR HU 72 et le GR17.
Traverser Naval puis descendre au bas du village récupérer le chemin Camino de la Sal qui passe entre les salines et la colline. Au bout, une piste monte vers l’Ermita Santa Quiteria. C’est indiqué vers l’Ermita et vers le Mirador Tozal de Pisa. Après l’Ermita, poursuivre l’itinéraire en direction du Mirador. Il laisse la piste derrière l’Ermita pour s’engager surun sentier qui monte raide. Il rejoint une autre piste. Rester sur cette piste et ne plus suivre le sentier qui quitte à nouveau la piste un peu plus haut.
Cette piste en rejoint une autre à un virage en épingle à cheveux. La prendre à gauche pour continuer à monter jusqu’à 800 mètres d’altitude environ. Elle suit une crête avec de belles vues sur les Pyrénées, la plaine, Salinas de Hoz, Hoz de Barbastro, le Pueyo, la colline de Berbegal, Barbastro…
Elle descend ensuite vers Coscojuela de Fantova. Dès que l’on arrive à la partie cimentée, prendre à gauche vers le cimetière puis descendre au bas du village au droit de l’église. Un panneau indique PR HU 72 vers Costean.
Le balisage est ensuite quasiment absent. Rester sur la piste principale, en laissant les autres qui partent à droite ou à gauche. À deux fourches successives, prendre la piste de droite. Elle descend dans un vallon. En bas prendre à droite puis juste après laisser le fond du vallon pour monter en face.
La piste remonte vers une route que l’on suit sur la droite jusqu’à ce qu’elle fasse une vaste courbe sur la droite. Prendre la piste en face puis, après 500 mètres environ, prendre la première piste à droite qui va jusqu’à Costean (point d’eau). Passer devant l’église pour atteindre le fond du vallon à droite. Suivre la piste qui monte à droite puis redescend dans un autre vallon. Après avoir traversé le ruisseau, le GR 45 continue sur la droite ; prendre le GR 17 qui lui, suit un sentier sur la gauche. Il monte rejoindre une piste qui mène à Barbastro. Trace GPS Naval – Barbastro

4h Logistique : À Barbastro : tous services. En centre ville, dans la première rue parallèle au rio Vero après celle qui le longe rive droite : Pension Goya (27€ la chambre individuelle sans petit déjeuner – calle Argensola – Tél. : 00.34.974.311.747), Hôtel Palafox (même ordre de prix – Calle Corona de Aragón – Tél. : 00.34.974.312.461)
12 Barbastro – Berbegal (via El Pueyo)
20km
Berbegal
Berbegal

Commentaires : Pour faire la jonction avec le Camino Catalán à Berbegal, j’ai opté pour un chemin via le monastère de Pueyo. C’est un peu plus long mais l’étape est presque intégralement sur des chemins (même s’ils ne sont pas balisés).
Traverser Barbastro par la rue qui longe la cathédrale par la droite (devant le clocher), continuer tout droit jusqu’à une première fourche avec une croix, prendre la route de gauche et tout de suite après, à une nouvelle fourche, à nouveau à gauche, cette fois sur une piste (Camino de los Canónigos). Elle redevient asphaltée, passe entre deux réservoirs d’eau, continuer tout droit sur la piste après avoir traversé le canal d’irrigation jusqu’à El Pueyo (marquage GR).
Pour rejoindre Berbegal, la première option est de prendre devant la colline d’El Pueyo la piste qui rejoint les ronds-points et traverse l’autoroute à l’ échangeur.
J’ai contourné la colline au premier virage en épingle à cheveux en prenant la piste à droite puis la deuxième à gauche (marquage circuit VTT). Elle rejoint une petite route asphaltée qui va jusqu’à la nationale. En face une piste passe au dessus de l’autoroute.
Au fond du vallon, après avoir traversé le ruisseau, le chemin qui apparaît en face sur les cartes comme Camino de Berbegal n’existe pas. Soit prendre à droite puis à gauche soit faire le contraire. Cela ramène à une petite route qui va en direction de la Perdiguera. La suivre sur la droite sur une centaine de mètres puis prendre la piste à gauche.
Arrivé à une route, prendre en face pour traverser le canal d’irrigation, suivre un chemin et traverser ensuite une autre route. Prendre le chemin mal debroussaillé en face puis obliquer à gauche pour rejoindre une piste au pied de la colline de Berbegal. Des flèches jaunes chemin de Saint Jacques indiquent la fin de l’étape jusqu’à Berbegal. Trace GPS Barbastro – Berbegal

5h Logistique : À Berbegal : bar-restaurant, épicerie, auberge pour pèlerins (voir le site Eroski pour les informations sur le Camino Catalan jusqu’à Santa Cilia).

De Berbegal, il y a 6 étapes pour rejoindre le Camino Aragonés à Santa Cilia de Jaca.
Le Camino Catalan par San Juan de la Peña de Montserrat à Santa Cilia de Jaca est décrit avec les adresses d’hébergement sur le site Eroski . Il existe aux étapes des auberges pour pèlerins.
De Barbastro à Saragosse, il y avait un projet de Ruta Mariana reliant les deux villes puis Torreciudad et Lourdes. Il a l’air d’être abandonné. Il est possible en partie sur pistes, petites routes et portions de PR de rejoindre le chemin de l’Ebre du côté de Peñalba.


Saint-Gaudens – Barbastro through Aure valley and Ourdissetou pass :

Pyrénées-2015 292
Tella

Il s’agit en grandes lignes du chemin emprunté par Domenico Laffi, pèlerin du XVIIème siècle entre Toulouse et Saragosse puis Compostelle.
En grandes lignes car pour éviter la route, l’itinéraire s’écarte du fond de vallée.

Le chemin est balisé en GR 105 depuis Lortet jusqu’au port d’Ourdissétou. Le balisage est correct, les sentiers sont plutôt bien entretenus. Quelques sections de bitume notamment sur la remontée de la vallée de Rioumajou.
Le parcours est accidenté. Pour éviter la route, le GR 105 grimpe souvent entre 2 villages. Il constitue donc un très bon entraînement pour franchir les Pyrénées. La conséquence de ce type de parcours est qu’il offre de superbes vues sur la vallée. Ces chemins sont en plus souvent ombragés.
Il permet de découvrir les beaux villages de la vallée d’Aure. N’hésitez pas à visiter l’église de Sarrancolin avec la belle châsse de Saint-Ebons et l’église de Jézeau et ses superbes peintures (la chapelle Sixtine de la vallée !). Elle est inventoriée au patrimoine mondial de l’humanité au titre des chemins de Compostelle. Trois croix de pèlerins s’y trouvent également.
Le port d’Ourdissétou est sûrement un des plus faciles dans cette partie centrale des Pyrénées (cela reste un col de haute montagne quand même…). Mais pour le franchir sans faire une étape démesurée, il faudra accepter une étape sommaire à l’hospice de Rioumajou.
Passé Bielsa, le paysage change : végétation méditerranéenne, roches calcaires, villages abandonnés… on est dans le Haut Aragon.
Des paysages contrastés, de beaux sites comme Saint-Bertrand, Ainsa ou villages typiques (Arreau, Tella, Abizanda, Naval…). Bref un nouveau beau parcours à découvrir.

Le récit de Domenico Laffi

Domenico Laffi, prêtre de Bologne emprunta la vallée de Garonne en 1666 et 1673 pour se rendre à Compostelle (il passa par Auch lors de son troisième pèlerinage). Il écrit :

“Passé Saint-Martory, nous avons marché jusqu’à Saint-Gaudens qui se trouve trois lieues plus loin.
Cette ville de Saint-Gaudens est très grande. Elle se situe sur une agréable colline presque au bord du fleuve qui passe à Toulouse. C’est une ville commerçante et une place forte ceinturée de murailles et d’un fossé. Là, il y a quelques couvents de moines et frères. Nous y étions le jour de la fête de la Pentecôte.
Partis de Saint-Gaudens, nous sommes arrivé à une ville appelée Montréjeau à deux lieues puis à Labarthe, deux autre lieues plus loin. À partir de là, on commence à rentrer dans la partie élevée des Pyrénées. Nous avons rejoint un lieu appelé Sarrancolin entouré de murailles. C’est un endroit très important à exactement deux lieues. Nous avons marché jusqu’à Arreau, elle aussi importante et distante d’une lieue. Cette terre est au milieu de ces hautes montagnes, au fond de la vallée et au bord de la rivière. D’Arreau à l’Hôpital, terre ultime de France, il y a là deux lieues. Là, pour passer sur l’autre versant des Pyrénées, nous avons emprunté le port de Bielsa. En descendant toujours la vallée, après quatre lieues, nous sommes arrivés à une terre appelée Bielsa qui est la première du royaume d’Espagne et d’Aragon. De là, toujours en suivant la rivière, nous sommes arrivé à un village appelé Labuerda à quatre lieues puis au château appelé Ainsa à deux lieues. Par sa proximité de la frontière, c’est un fort et un beau château avec beaucoup de soldats et de munitions. Il est placé au sommet d’une colline qui domine la confluence du fleuve qui descend des Pyrénées. De là, à quatre lieues, il y a un autre château plus beau et plus grand appelé Naval, endroit très fertile et commerçant. Il y a ensuite une rivière salée sur la rive de laquelle est fabriquée quantité de sel. Et cette quantité de sel est envoyée non seulement en Espagne mais aussi dans toute la France. De Naval, nous avons marché jusqu’à la ville de Barbastre, trois lieues plus loin. Celle-ci est une belle cité. Son territoire est fertile et produit en toutes saisons. Ainsi, on y semble toujours y être au printemps”

Sites internet :

Le Comité Départemental de Randonnée Pédestre des Hautes-Pyrénées propose sur son site, un guide sur le GR105, chemin de Compostelle en Vallée d’Aure.

Sur la voie du Piémont, le chemin dans la vallée d’Aure, d’autres chemins transfrontaliers et les liaisons en Espagne avec le Camino Aragonés, ce site sur le voie du Piémont est bien documenté, à la fois sur les itinéraires et l’histoire.

Le site de l’office de tourisme d’Aragon propose une cartographie des sentiers sur la province (pas complètement exhaustive). En zoomant sur la carte, les tracés sont visualisés et en cliquant dessus, il est possible d’avoir les informations sur les chemins et de télécharger des tracés GPX.

Le site de l’office de tourisme du Sobrarbe est bien fait. On y trouve une carte des chemins et toutes les informations sur le chemin de Saint Jacques en Sobrarbe.

J’ai téléchargé certaines traces en faisant des recherches sur wikiloc.
Il est possible aussi d’y télécharger des tracés de la Federación Aragonesa de Montañismo. Attention, comme cela est indiqué, certains tracés ne sont pas bons.

Carthographie :

Je suis resté fidèle à Iphigenie. L’application (disponible sur l’Apple Store et Androïd : http://iphigénie.com/?lang=fr) donne accès aux cartes IGN espagnoles. Elle permet d’avoir en cache (visible sans connexion internet) les cartes au 50000ème au pire et sur certaines zones au 25000ème.

Les étapes :

2Saint Bertrand de Comminges – Lortet3Lortet – Cadéac les Bains (via Jézeau)

2Saint Bertrand de Comminges – Lortet3Lortet – Cadéac (via Jézeau)

1 Saint Gaudens – Saint Bertrand de Comminges
21km
Saint Bertrand de Comminges et Saint Just de Valcabrère
Saint Bertrand de Comminges et Saint Just de Valcabrère

Commentaires : Cette étape se situe dans le cadre de la voie de la Garonne qui relie Toulouse à Saint Bertrand de Comminges. Elle se déroule en trois temps, un premier temps “histoire” avec Saint-Gaudens et les ruines gallo-romaines de Valentine, un deuxième temps “nature” avec le passage sauvage par le col de Lauach et un final en apothéose avec l’arrivée sur Saint Just et Saint Bertrand.
De St Gaudens, descendre sur Valentine par un chemin qui longe la route à partir du Montjoie de la Caoue. Après le pont de Valentine, partir à droite vers la centrale électrique et suivre le parcours cyclable de la Garonne jusqu’au pont au niveau de la villa gallo romaine. Le chemin traverse les ruines (une église wisigothique, des tombes avec des pèlerins avec coquille de saint Jacques et bourdons ont été fouillées). On longe sur 20 mètres la D8 pour à ras des maisons prendre un chemin qui longe la route à droite, puis la traverse et part en biais vers Labarthe Rivière. Traversée du village jusqu’aux écoles, av Victor Hugo, puis à gauche pour récupérer le chemin des 4 Chênes qui monte vers le col de Lauach. Au col, on laisse le chemin des 4 Chênes pour poursuivre tout droit et via le sentier des collines de las Couerles, rejoindre le GR86, suivre les indications Barbazan, récupérer le GR78 au dessus du parc thermal et continuer jusqu’à Saint Bertrand de Comminges. Trace GPS Saint Gaudens – Saint Bertrand de Comminges

6h Logistique :Labarthe Rivière : boulangerie et épicerie. Barbazan : Hôtel l’Aristou. Restaurant au casino. Loures Barousse : tous commerces. Hôtel des Vallées. Saint Bertrand : hôtel, restaurants, dépôt de pain avec fromage, charcuterie….Halte jacquaire au presbytère de Saint Bertrand de Comminges. Des provisions sont mises à la disposition des pèlerins. Donativo. Cuisine. Contact : 05.61.88.31.54 ou 06.30.21.63.35. Gîte dans la ville basse : Marie Uchan au 06.79.79.70.65 ou 05.61.88.31.82. Hôtel du Comminges. Hôtel Oppidum.
29km
En quittant Saint-Bertrand
En quittant Saint-Bertrand

Commentaires : L’étape est agréable, sauvage avec beaucoup de chemins en sous bois.
Belles vues sur Saint Bertrand au départ.
Après Tibiran Jaunac, le GR est balisé en faisant le tour du Picon et non par la Coume de Mondève (comme indiqué sur certaines cartes IGN). La partie le long du ruisseau de Larise avant Lombrès peut être glissante et boueuse par temps de pluie. Il est possible de couper la boucle en prenant un raccourci et traverser à gué le ruisseau (voir trace GPS).
Avant Montsérié, le GR est balisé via Métous et devant le gîte d’étape (et non à flanc du cap des Pènes). Trace GPS Saint Bertrand de Comminges – Lortet

8h Logistique : pas de commerce sur le trajet. Nestier : Hôtel-restaurant Le monastère du Mont-Arès (Tél. : 05.62.40.10.56). Si étape à Montsérié, gîte communal (contacter la mairie au 05.62.98.98.41 – 13€). À Lortet, l’hôtel du Mont d’Aure est définitivement fermé. Accueil à Plein Air Pyrénées (ancienne colonie de vacances) : 34€ la demi-pension en tarif pèlerin. Se trouve au bord de la D929 (à Lortet, traverser le pont, passer devant l’église, 500m environ après prendre à gauche direction Avezac-Prat. Vous tombez direct à l’angle de cette route et de la D929). Tél : 05.62.98.14.76 ou 06.79.13.07.95
29km
Arreau
Arreau

Commentaires : Le chemin est agréable, souvent en balcon avec de l’ombre et de belles vues. Il traverse les villages typiques de la vallée d’Aure avec en plus des panneaux explicatifs sur les édifices anciens. Sarrancolin, Jézeau et Arreau méritent la visite
De Lortet, en grande partie sur petites routes, le GR 105 traverse Bazus-Aure, Héchettes, Léchan puis par une piste le long de la Neste va de Rebouc à Sarrancolin.
Après Ilhet, il grimpe sérieusement au dessus de l’usine de Beyrède pour redescendre à Camous puis remonter après Fréchet-Aure. Le chemin en balcon ensuite, offre de belles vues sur la vallée et les montagnes. À Pailhac, possibilité de faire le crochet vers Jézeau (église inventoriée au patrimoine mondial de l’humanité au titre des chemins de Compostelle. Se renseigner au préalable pour les heures d’ouverture).
Le GR redescend sur Arreau, traverse la Neste, pour à nouveau remonter et redescendre sur Cadéac. Trace GPS Lortet – Cadéac (via Jézeau)

9h Logistique :Rebouc : Camping (tentes bivouac à louer si vous n’êtes pas équipé). Sarrancolin : tous commerces. Camping. Pailhac : camping. Arreau : tous services. Hôtels, camping. Cadéac : Hôtel le Val d’Aure (46,50€ la chambre individuelle sans petit déjeuner. Tél. : 05.62.98.60.63)
4 Cadéac – Rioumajou
27km
Hospice de Rioumajou
Hospice de Rioumajou

Commentaires : L’objectif de la journée est de se positionner au pied du port d’Ourdissétou (voir ci-dessous les conditions d’hébergement à Rioumajou…). Par rapport aux cartes IGN, le tracé du GR évite maintenant la montée entre Guchen et Vielle Aure. Les traversées des villages sont agréables. La chapelle d’Agos est superbe. La montée vers Rioumajou est progressive (avec une longue section de bitume).
Comme la veille, il faut commencer par monter pour quitter Cadéac (derrière l’église). De l’hôtel du Val d’Aure, il est possible de récupérer le GR à la sortie de Cadéac. Le GR traverse ensuite Ancizan puis Guchen. À la sortie de Guchen, il ne fait pas le crochet comme indiqué sur certaines cartes IGN mais passe devant le cimetière pour continuer en balcon juste au dessus de la route (pas de grosse montée cette fois).
C’est par une petite section de route que l’on atteint Agos. Faire le petit crochet pour visiter la belle chapelle romane d’Agos.
Là aussi, le tracé est différent des cartes IGN. Par la base de loisirs (donc à plat), le GR rejoint Vielle Aure en longeant la Neste, puis par la route Vignec.
De Vignec, un chemin rejoint Cadeilhan puis Trachère et par un chemin en balcon Tramezaïgues.
À partir de Tramezaïgues, il faut suivre la route pratiquement tout le temps. Le premier endroit pour l’éviter, à la centrale électrique Maison Blanche, qui monte le long de la conduite d’eau était mal débroussaillé à la sortie. Le second, au niveau de l’oratoire, était ni indiqué, ni débroussaillé mais, une fois monté dans le pré au dessus des maisons, il passait. Du pont Soubiron, il est possible de rejoindre Frédancon sur un sentier rive droite. Trace GPS Cadéac – Rioumajou

9h Logistique :Je recommande l’étape à l’hospice de Rioumajou. Sinon, dormir à Saint-Lary rajoute 15 kilomètres et le lendemain, il faut tout de même franchir un col à 2400 mètres d’altitude. En dormant à l’abri pour randonneurs de l’hospice, vous revivrez l’expérience des étapes sommaires des anciens marchands et pèlerins dans les hospices au pied des cols pyrénéens…Le bivouac est autorisé à Frédancon et dans le pré à côté de l’hospice de Rioumajou.
À Rioumajou, vous trouverez un bar-restaurant ouvert jusqu’à 17 heures (de quoi vous payer une bière ou une tarte aux myrtilles à l’arrivée). L’abri randonneurs consiste en un local très propre mais complètement nu. Aucun mobilier, ni matelas. Il vous faudra donc un matelas de sol (achat possible à Saint-Lary) et un duvet. Il y a une fontaine à côté et des toilettes au restaurant.
Sur le parcours. Ancizan : Hôtel Le Logis de l’Arbizon (demi-pension autour de 60€ – Tél.: 05 62 39 90 08). Supermarché. Guchen : bar, boulangerie. Vielle Aure et Vignec : campings. Vignec : bar.
Hors parcours. Saint-Lary : tous services. Gîte d’étape Le Refuge.
5 Rioumajou – Parzán
17km
Arrivée au port d'Ourdissétou
Arrivée au port d’Ourdissétou

Commentaires : Avec la nuit, même dans le sommaire abri randonneur de Rioumajou, l’étape jusqu’à Parzán est nettement plus abordable. Il n’y a que 17 kilomètres mais quand même près de 1000 mètres de dénivelés positifs et le passage à 2400 mètres. L’étape vous permettra de découvrir de superbes paysages de montagne. Du col, face à vous la Punta Suelza flirte avec les 3000 mètres d’altitude. Vous pouvez aussi faire le petit crochet vers le col d’Urdiceto et le lac (belles vues sur le pic d’Eriste et les Posets)
Le port d’Ourdissétou ne pose pas de problèmes majeurs. Il faut être vigilant comme sur tout chemin de montagne. La partie la plus délicate se situe autour de 1850 mètres d’altitude. La fin de la montée au col est en revanche assez facile. De Rioumajou, le chemin est bien marqué (points bleus).
Du port d’Ourdissetou, le chemin rejoint rapidement une piste : à droite, il y a 11 kilomètres de descente jusqu’à Parzán. À gauche, la même distance jusqu’à Biados. Je conseille d’opter pour la première solution et donc de laisser le balisage Compostelle. Il n’y a que de la descente (de l’autre côté, il y a quatre remontées casse-jambes) ; c’est sur une piste donc, pour des jambes fatiguées, c’est moins épuisant (coté Viados, toute la première partie est sur sentier) ; c’est globalement plus court (surtout si on fait le crochet pour dormir à Biados) ; il est possible parfois d’avoir un 4*4 qui redescend.
Par cette option, il suffit de suivre la piste (on ne coupe les lacets qu’en dessous de la centrale d’Urdiceto). Arrivé à la route, soit, on la traverse pour suivre le GR qui longe le canal d’irrigation et remonte la route de Chisagüés pour arriver à Parzán par le haut (et rejoindre l’hôtel par le PR HU 189), soit, il y a 2 kilomètres de nationale (si on est vraiment épuisé). Trace GPS Rioumajou – Parzán

6h Logistique :Du port d’Oudissetou, il y a une cabane en assez bon état au col d’Urdiceto (direction Biados – pas de matelas), un refuge non gardé au bord du lac (500 mètres plus haut – assez grand, en bon état, matelas, système d’appel d’urgence). Direction Parzán, une cabane sommaire au dessus de la centrale (pas de matelas). À Parzán : Hostal La Fuen (35€ la chambre individuelle sans petit-déjeuner), restaurants, bars, supermarchés.
6 Parzán – Lafortunada
22km
El camino del Canal entre Bielsa et Tella
El camino del Canal entre Bielsa et Tella

Commentaires : Belle étape, presque intégralement sur des chemins, bien balisés, en surplomb au dessus de la vallée avec de belles vues sur les montagnes.
De Parzán, l’itinéraire suit le PR HU 189 jusqu’à Bielsa : traverser le pont sur la nationale puis prendre juste après à droite. Le PR monte dans les bois pour suivre en gros le canal d’irrigation jusqu’à la route de la vallée de la Pineta. Il faut la suivre une centaine de mètres puis traverser Javierre.
De Bielsa à Tella, suivre le PR HU 137 (El camino del Canal). Comme à partir de Parzán, le PR monte dans les bois pour suivre en gros le canal d’irrigation. Il faut traverser le río qui descend de la vallée de la Pineta puis prendre à droite. Certains passages sont aériens (éboulis, passages creusés dans la falaise, quelques tunnels. Déconseillé aux personnes sujettes aux vertiges). Je l’ai suivi jusqu’à la jonction avec le GR 19 et j’ai rejoint Tella par le GR qui est plus direct.
De Tella, descente presque directe sur Lafortunada via le GR 15 commun avec le GR 19. Il est aussi possible de poursuivre sur le beau GR15 vers Escuain, Bestué, Fanlo, Broto et Jaca. Trace GPS Parzán – Lafortunada

7h Logistique :Bielsa : tous services, hostales, camping…Lafortunada : bar, restaurant, hôtel Badain (30€ la chambre individuelle avec petit-déjeuner. Belles chambres rénovées).
7 Lafortunada – Aínsa
24km
Pueyo de Araguás et la Peña Montañesa
Pueyo de Araguás et la Peña Montañesa

Commentaires : Étape entièrement sur le GR 19. Bien balisée avec un agréable sentier rive gauche du rio Cinca jusqu’à Laspuña et de belles vues sur le massif du Mont Perdu et la Peña Montañesa ensuite. À Laspuña, le balisage Compostelle mène soit vers Boltaña, Fiscal puis Jaca soit vers Aínsa.
De Lafortunada, prendre la route vers Badain. Passer par le village ou rester sur la route pour traverser le rio Irués en dessous du village. Suivre le sentier rive gauche du rio Cinca jusqu’à la route de Laspuña.
Le GR monte traverser le village puis continue à flanc jusqu’à Araguás. Il passe un petit col avant de redescendre sur Pueyo de Araguás et Aínsa. À Aínsa, il est possible de suivre un balisage Compostelle vers Boltaña, Fiscal puis Jaca. Trace GPS Lafortunada – Aínsa

7h Logistique :Laspuña : bar-restaurant, épicerie, hôtel. Pueyo de Araguás : bar-restaurant. À Aínsa tous services. Auberge Mora de Nuei dans la ville médiévale (17€ en dortoir). Hostal Dos Rios après le pont (42€ la chambre individuelle). Hostal Pirineos (32€ la chambre individuelle)
8 Aínsa – Meson de Ligüerre
33km
Congosto de l'Entremón
Congosto de l’Entremón

Commentaires : Longue étape que l’on peut raccourcir en dormant à Ligüerre de Cinca (29km) ou en prenant la route entre Ligüerre de Cinca et Meson de Ligüerre (31km).
Belle étape avec vues sur le massif du Mont Perdu et la Peña Montañesa puis la traversée du Congosto de l’Entremón. Le balisage est bon d’abord sur le GR 19 puis sur le GR 1.
D’Ainsa, traverser les deux ponts direction Campo et, quand la route tourne à droite, prendre tout droit un chemin qui mène à Usana (point d’eau). Après avoir passé un barranco, le GR traverse Banastón (point d’eau), Santa Tecla, passe sous la route nationale pour longer la rivière de la Nata. Il traverse la rivière pour monter raide sur Griebal puis continuer de monter jusque vers 800 mètres d’altitude entre la Corona (ruines) et Fumanal (source avant d’y arriver).
Il faut ensuite redescendre traverser un rio après le Humo de Muro (point d’eau) pour, à nouveau, monter (assez raide) vers 750 mètres d’altitude. Le GR rejoint ensuite le barrage, passe les tunnels de la route pour s’engager dans le Congosto de l’Entremón (certains passages sont assez impressionnants). Après avoir traversé le pont de l’Entremón, il rejoint Ligüerre de Cinca (point d’eau) par un sentier en contrebas de la route puis Meson de Ligüerre en suivant les courbes des rives du lac. Trace GPS Aínsa – Meson de Ligüerre

10h Logistique :El Humo de Muro : restaurant. Ligüerre de Cinca : 2 hôtels Casa Broto (3*) et Casa Sebastian (plus cher). À Meson de Ligüerre : camping (18€ l’emplacement en saison, auberge plutôt type Hostal, autour de 40€ la chambre).
9 Meson de Ligüerre – Naval
17km
Abizanda
Abizanda

Commentaires : Belle étape, bien balisée (sur la partie dans le Sobrarbe, moins à la fin dans le Somontano). Passage par plusieurs petites chapelles, les ruines du château d’Escanilla, le vieux village d’Abizanda. Belles vues sur le massif du Mont Perdu.
De Meson de Ligüerre, traverser avec prudence le pont sur le rio Susia (pas de trottoir et de la circulation). Tout de suite après le pont, prendre le chemin à gauche qui longe la nationale en contrebas. Il faut ensuite la traverser pour rejoindre Escanilla par l’ancienne route.
On traverse le village pour descendre ensuite recroiser la nationale, descendre au fond d’un vallon pour remonter assez raide vers la chapelle San Juan Bautista et la tour de l’ancien château.
Au dessus de la chapelle, le GR part à droite sur une piste qui redescend, croise à nouveau la nationale pour monter vers Abizanda (point d’eau). Il faut ensuite monter en direction de l’Ermita San Salvador (un peu à l’écart du GR, beau point de vue). Le GR continue à monter, se rapproche de la route Naval-Abizanda pour descendre dans un vallon et remonter au pied du Peña Robles.
Venant de Naval, j’ai loupé le chemin depuis la route de l’Ermita de los Dolores et suis passé par le village abandonné de Paul (c’est un détour de 3 kilomètres mais pas inintéressant. Dans ce cas-là, laisser le balisage quand on rejoint la piste au pied du Peña Robles pour prendre à gauche et contourner la montagne par le sud en prenant la première piste à droite. On passe derrière une maison à la Muela en assez bon état pour traverser sur un vieux pont le Barranco de Mayo et rejoindre le GR 45 en dessous de Paul. On suit ensuite ce GR jusqu’à la route de l’Ermita de las Dolores ).
Le GR 1.1 lui, contourne la Peña Robles par le nord, descend dans un vallon pour remonter jusqu’à la route de l’Ermita de las Dolores. On descend ensuite jusqu’à la route Naval-Abizanda que l’on prend vers la gauche pour un peu plus loin, tourner à droite rejoindre les anciennes salines de Ruela. Le chemin à gauche va à Naval. L’auberge est à l’entrée du village dans le même bâtiment que la Guardia Civil. Trace GPS Meson de Ligüerre – Naval

5h Logistique : À Abizanda : bar-restaurant, hôtel. À Naval : épicerie, boucherie, pharmacie, bars. L’auberge municipale est souvent remplie en été par des groupes de jeunes (10€ en dortoir – Tél. : 00.34.974.300.304 / 686.983.027 – maricarmenvilor@hotmail.com).
10 Naval – Barbastro
23km
Naval et la chapelle Sainte Quitterie
Naval et la chapelle Sainte Quitterie

Commentaires : De Naval à Coscojuela, beau parcours par les salines, Santa Quiteria puis un chemin en hauteur avec vues sur les Pyrénées et la plaine. On voit vraiment que l’on arrive au bout des montagnes. L’itinéraire presque intégralement sur chemins, suit en partie des chemins balisés mais le balisage est quasiment absent. Il suit le Camino de la Sal, du Mirador Tozal de Pisa, le PR HU 72 et le GR17.
Traverser Naval puis descendre au bas du village récupérer le chemin Camino de la Sal qui passe entre les salines et la colline. Au bout, une piste monte vers l’Ermita Santa Quiteria. C’est indiqué vers l’Ermita et vers le Mirador Tozal de Pisa. Après l’Ermita, poursuivre l’itinéraire en direction du Mirador. Il laisse la piste derrière l’Ermita pour s’engager surun sentier qui monte raide. Il rejoint une autre piste. Rester sur cette piste et ne plus suivre le sentier qui quitte à nouveau la piste un peu plus haut.
Cette piste en rejoint une autre à un virage en épingle à cheveux. La prendre à gauche pour continuer à monter jusqu’à 800 mètres d’altitude environ. Elle suit une crête avec de belles vues sur les Pyrénées, la plaine, Salinas de Hoz, Hoz de Barbastro, le Pueyo, la colline de Berbegal, Barbastro…
Elle descend ensuite vers Coscojuela de Fantova. Dès que l’on arrive à la partie cimentée, prendre à gauche vers le cimetière puis descendre au bas du village au droit de l’église. Un panneau indique PR HU 72 vers Costean.
Le balisage est ensuite quasiment absent. Rester sur la piste principale, en laissant les autres qui partent à droite ou à gauche. À deux fourches successives, prendre la piste de droite. Elle descend dans un vallon. En bas prendre à droite puis juste après laisser le fond du vallon pour monter en face.
La piste remonte vers une route que l’on suit sur la droite jusqu’à ce qu’elle fasse une vaste courbe sur la droite. Prendre la piste en face puis, après 500 mètres environ, prendre la première piste à droite qui va jusqu’à Costean (point d’eau). Passer devant l’église pour atteindre le fond du vallon à droite. Suivre la piste qui monte à droite puis redescend dans un autre vallon. Après avoir traversé le ruisseau, le GR 45 continue sur la droite ; prendre le GR 17 qui lui, suit un sentier sur la gauche. Il monte rejoindre une piste qui mène à Barbastro. Trace GPS Naval – Barbastro

4h Logistique : À Barbastro : tous services. En centre ville, dans la première rue parallèle au rio Vero après celle qui le longe rive droite : Pension Goya (27€ la chambre individuelle sans petit déjeuner – calle Argensola – Tél. : 00.34.974.311.747), Hôtel Palafox (même ordre de prix – Calle Corona de Aragón – Tél. : 00.34.974.312.461)
11 Barbastro – Berbegal (via El Pueyo)
20km
Berbegal
Berbegal

Commentaires : Pour faire la jonction avec le Camino Catalán à Berbegal, j’ai opté pour un chemin via le monastère de Pueyo. C’est un peu plus long mais l’étape est presque intégralement sur des chemins (même s’ils ne sont pas balisés).
Traverser Barbastro par la rue qui longe la cathédrale par la droite (devant le clocher), continuer tout droit jusqu’à une première fourche avec une croix, prendre la route de gauche et tout de suite après, à une nouvelle fourche, à nouveau à gauche, cette fois sur une piste (Camino de los Canónigos). Elle redevient asphaltée, passe entre deux réservoirs d’eau, continuer tout droit sur la piste après avoir traversé le canal d’irrigation jusqu’à El Pueyo (marquage GR).
Pour rejoindre Berbegal, la première option est de prendre devant la colline d’El Pueyo la piste qui rejoint les ronds-points et traverse l’autoroute à l’ échangeur.
J’ai contourné la colline au premier virage en épingle à cheveux en prenant la piste à droite puis la deuxième à gauche (marquage circuit VTT). Elle rejoint une petite route asphaltée qui va jusqu’à la nationale. En face une piste passe au dessus de l’autoroute.
Au fond du vallon, après avoir traversé le ruisseau, le chemin qui apparaît en face sur les cartes comme Camino de Berbegal n’existe pas. Soit prendre à droite puis à gauche soit faire le contraire. Cela ramène à une petite route qui va en direction de la Perdiguera. La suivre sur la droite sur une centaine de mètres puis prendre la piste à gauche.
Arrivé à une route, prendre en face pour traverser le canal d’irrigation, suivre un chemin et traverser ensuite une autre route. Prendre le chemin mal debroussaillé en face puis obliquer à gauche pour rejoindre une piste au pied de la colline de Berbegal. Des flèches jaunes chemin de Saint Jacques indiquent la fin de l’étape jusqu’à Berbegal. Trace GPS Barbastro – Berbegal

5h Logistique : À Berbegal : bar-restaurant, épicerie, auberge pour pèlerins (voir le site Eroski pour les informations sur le Camino Catalan jusqu’à Santa Cilia).

De Berbegal, il y a 6 étapes pour rejoindre le Camino Aragonés à Santa Cilia de Jaca.
Le Camino Catalan par San Juan de la Peña de Montserrat à Santa Cilia de Jaca est décrit avec les adresses d’hébergement sur le site Eroski . Il existe aux étapes des auberges pour pèlerins.
De Barbastro à Saragosse, il y avait un projet de Ruta Mariana reliant les deux villes puis Torreciudad et Lourdes. Il a l’air d’être abandonné. Il est possible en partie sur pistes, petites routes et portions de PR de rejoindre le chemin de l’Ebre du côté de Peñalba.

Advertisements
%d bloggers like this: